Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
creusois et creusoises oubliés ou inconnus

creusois et creusoises oubliés ou inconnus

Menu

qui institue la République, la nation, dont il diffuse les idéaux..(François RIMOUR)-Sainte Feyre

“Etre enseignant, ce n'est pas un choix de carrière, c'est un choix de vie.”

François Mitterand en 1989-président de la république (1916-1996)

Numéro d'ordre 49-Numéro 64 échu au tirage au sort

fils de Pierre et Jeanne Jollivet,cultivateurs

né à Villasmeillas (commune de Sainte Feyre) le 19 août 1857

culte catholique-cheveux et sourcils châtains clairs-yeux roux-front rond-nez et bouche moyens-menton et visage ronds-1M65

Degré d’instruction N°1.2.3.

nous sommes le 30 décembre 1888,voici le dossier de François RIMOUR qui vient de recevoir un certificat qui le dégage de ses obligations militaires,conformément à ce qui a été prescrit par la circulaire ministérielle du 25 janvier 1876.Il est marqué sur ce document cette phrase,ô combien extraordinaire et pleine de sens :

 « Dispensé-voué à l’instruction publique »

quelle époque et que d'avancées dans ce domaine crucial,depuis surtout les lois "Jules Ferry" sur l'école primaire ,votées en 1881 et 1882 sous la 3éme république rendant l'école gratuite en 1881 et l'instruction obligatoire et l'enseignement public laïque en 1882.Cependant c'est une obligation d'instruction et non de scolarisation.ces lois ont pour conséquence une scolarisation quasiment complète et donc une alphabétisation et une francisation des enfants.(filles et garçons).

François est déjà instituteur depuis 1878 (adjoint à Jouillat  à cette date) puis à Saint Pierre le Bost (1879), au Chauchet (1881), à Lavaufranche (1906).....

il sera appelé "hussard noir de la république" au début du XX éme siècle,statut de personnage important et incontournable dans la Cité, habité par le devoir d’enseigner, cherchant l’intelligence des enfants en blouse et en sabots jusqu’au plus profond du pays dans les hameaux les plus reculés, permettant ainsi à la jeunesse de changer de condition.