Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
creusois et creusoises oubliés ou inconnus

creusois et creusoises oubliés ou inconnus

Menu

c'est les watt qu'il préfère..(Jules Eugène MALIVERT)-Bourganeuf

« Un sourire coûte moins cher que l'électricité, mais il donne autant de lumière. »

Henri Grouès (dit l'abbé Pierre) 1912-2007
prètre catholique

je survole La Cascade des Jarrauds,prés de Bourganeuf,nous sommes en 1889 et la turbine hydraulique ainsi qu'a la génératrice vont pouvoir alimenter les quelques lampes de la ville,de plus la première liaison téléphonique ,elle aussi est arrivée lors de cette prouesse...Bourganeuf,ville lumière attire de nombreux curieux....mais attention au petit garçon qui s'approche un peu trop du torrent...ses parents Jean Jules qui est peintre et Marie Eulalie Agathe FRAISSAY veillent au grain..et le réprimande..mais il faut dire que Jules Eugène MALIVERT est fasciné par ce qu'il voit,il n'a que dix ans mais c'est décidé il va côtoyer la "Fée électricité"..

il est né le 19 juillet 1879 à Bourganeuf et le temps passe..nous sommes en 1902 et effectivement il est devenu électricien.il va être ajourné du service militaire pour "faiblesse" en 1900 et 1901 .Il sera appelé à l'activité le 14 novembre 1902 au 10 éme bataillon d'artillerie à pied comme canonnier servant puis dispensé la même année (cause frère au service).

Il change de domicile (au 6, rue des ternes à Paris 17éme-depuis juin 1906 au 32 rue Pergolèse Paris 16éme) et est inscrit dans la subdivision de la seine (2éme bureau) le 4 mai 1911-bataillon du gouvernement militaire de paris le 2 mai 1911 comme automobiliste-inscrit à la liste matricule sous le numéro 36.

il se marie à Paris VIIIéme en 1910 avec Camille Geneviève FERRATON.

il sera inventeur et tout au long de sa carrière il deviendra titulaire de trés nombreux brevets d'invention intéressant la défense nationale,il a construit notamment de nombreux modèles de manomètres spéciaux et indicateurs de vide destinés aux navires de guerre ainsi que des viseurs anti buée 'Prelac" pour les masques à gaz utilisés par la marine.

il est directeur technique de la société "l'Accessoire de précision" à Levallois (habite 42 rue du président Wilson à Levallois).

Suite à la mobilisation,appelé à l'activité au 19 éme escadron du train et arrive au corps le 3 août 1914.campagne contre l'allemagne du 3 août 1914 au 29 avril 1916.

sera placé en sursis d'appel jusqu'a nouvel ordre au titre de la "Maison Gibaud" à Paris puis détaché au corps le 30 avril 1916 au titre des "Etablissements Raynaud et Bourceret" au 14 rue Piccini à Paris (fournitures générales pour l'automobile et l'aviation) le 24 avril 1916.

il passe au 23 éme régiment d'infanterie coloniale le 1er juillet 1917-muté le 3 mai 1918 à l'usine Malivert à Paris-passé au 1er zouaves le 3 mai 1918-affecté au 24 éme régiment d'infanterie au titre des réserves-envoyé en congé illimité de démobilisation le 27 mai 1920-dépôt démobilisateur du 4 éme zouaves,se retire au 43 avenue Gambetta à Paris 20éme.

il sera décoré par le ministère de la Marine du grade de chevalier de la Légion d'Honneur le 26 juillet 1935.

Il décède le 14 août 1964 à Paris XVIéme, à l'âge de 85 ans.